Réflexion

Retour sur les Universités d’été 2020 du MDC à Wimille

Le 29 août dernier, le Mouvement des Citoyens a tenu l’édition 2020 de ses traditionnelles Universités d’été à Wimille, dans le Pas-de-Calais. Ce fut l’occasion de nous retrouver avant la rentrée pour réfléchir à la situation du pays au moment où cette crise sanitaire internationale a fait prendre conscience à certains des ravages de la mondialisation libérale sur l’indépendance industrielle des États. Les pénuries de masques (mais aussi d’appareils médicaux, de gants, de blouse), au début de la crise sanitaire, ont montré une fois encore pourquoi la spécialisation internationale rendait nos pays fragiles lors de telles crises.

Afin de continuer la réflexion sur le sujet, Jean-Yves Autexier, ancien directeur de la fondation Res Publica, ancien sénateur MDC de Paris, interrogea David Djaïz, auteur du très remarqué « Slow Démocratie – comment maîtriser la mondialisation et reprendre notre destin en main » (Allary Éditions, 2019).

Dans son livre, David nous propose non seulement une analyse historique de la deuxième mondialisation, celle amorcée à la fin des années 1970, mais il porte également de réels espoirs en l’avenir. En réhabilitant les nations démocratiques, leur légitimité mais aussi leur capacité à se soucier de l’intérêt général et le défendre, il redonne l’espoir à ceux qui en doutaient qu’il n’y a pas de fatalité, et que militer dans la France d’aujourd’hui contre la mondialisation libérale n’est pas une bataille contre des moulins à vent. Extrait de sa conclusion:

« […] Nous croyions les nations démocratiques dépassées; elles sont résolument modernes. Nous les croyions impuissantes face aux courants de la mondialisation; nous leur découvrons une souplesse et une réactivité hors norme.

Elles sont capables de la maîtriser pour en tirer le meilleur.

Elles sont capables d’arracher à l’emprise du marché planétaire un certain nombre de compromis sociaux fondamentaux: la vitalité des institutions démocratiques, le souci de la santé humaine et de la solidarité sociale, le soin porté aux terroirs, et bien sûr la protection de l’environnement. C’est cela, la Slow Démocratie: la réhabilitation des nations démocratiques dans la mondialisation, l’aménagement d’îlots de décélération face à l’accélération et à l’extension sans limite du domaine de la marchandise. »

Ces Universités d’été furent aussi l’occasion d’un moment convivial entre militants après plusieurs mois d’échanges à distance ! Merci aux équipes du siège et aux militants du Pas-de-Calais pour leur accueil toujours aussi convivial et leur parfaite organisation !

Rendez-vous l’année prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *